Evènement


La CHIP pour la lutte contre le cancer du péritoine

Reconnu centre expert international pour le traitement des carcinoses péritonéales et autres tumeurs rares du péritoine, le service de chirurgie générale et digestive du Centre Hospitalier Lyon Sud, a développé un traitement novateur pour lutter contre le cancer du péritoine. Aujourd’hui, grâce à cette avancée, certains malades peuvent bénéficier d’une prise en charge curative.

Reconnu centre expert international pour le traitement des carcinoses péritonéales et autres tumeurs rares du péritoine, le service de chirurgie générale et digestive du Centre Hospitalier Lyon Sud, dirigé par Olivier Glehen (Université Claude Bernard Lyon 1 / Hospices Civils de Lyon), a développé un traitement novateur pour lutter contre les carcinoses péritonéales (cancer du péritoine) : la Chimiothérapie Hyperthermique Intra-Péritonéale (CHIP). Trop longtemps considérées comme un stade terminal, ce cancer ne doit plus  être systématiquement envisagé comme tel : aujourd’hui, grâce à cette avancée, certains malades peuvent bénéficier d’une prise en charge curative.

La carcinose péritonéale est un envahissement, par des tumeurs malignes, du péritoine, cette fine membrane qui tapisse la cavité abdominale et l’extérieur des viscères contenus dans l’abdomen. On estime à plus de 6000 par an le nombre de personnes atteintes en France.

Plusieurs centaines de patients ont été traités par cette technique

Un traitement curatif novateur

Ce traitement novateur associe une chirurgie, destinée à supprimer toute la maladie visible, à une Chimiothérapie Hyperthermique Intra-Péritonéale (CHIP), dont le but est de détruire la maladie invisible. La CHIP consiste à « baigner » toutes les surfaces des organes et les différentes parois présents dans la cavité abdominale avec un produit de chimiothérapie dilué dans un soluté. Le produit est chauffé pour obtenir une température comprise entre 42°- 43°C dans la cavité abdominale (hyperthermie). L'action combinée de la chaleur, et de la chimiothérapie, détruit les cellules tumorales microscopiques résiduelles. Outre la destruction des cellules tumorales par une action directe, cette technique favorise la pénétration de la chimiothérapie dans les tissus et améliore ainsi son effet en exposant les sites tumoraux à des concentrations élevées de chimiothérapie qu’il serait impossible d’atteindre par voie intraveineuse pour des raisons de toxicité.

Le Centre Hospitalier Lyon Sud a réalisé sa 1000ème  CHIP en février 2015

La CHIP pour la lutte contre le cancer du péritoine © Eric Le Roux

L’histoire d’un succès

Le Professeur François-Noël Gilly (Université Claude Bernard Lyon 1 / Hospices Civils de Lyon), assisté par le Docteur Annie Beaujard (Université Claude Bernard Lyon 1 / Hospices Civils de Lyon), a réalisé la première CHIP en Europe en novembre 1989. Depuis, plusieurs centaines de patients ont été traités par cette technique, l’équipe du Centre Hospitalier Lyon Sud a réalisé sa 1000ème CHIP en février 2015, et la France est leader international dans la prise en charge des carcinoses péritonéales.

Publié le 17 mai 2015 Mis à jour le 4 mars 2016